Nos actualites

Toutes nos actualites

>Tweets by Extr me M t o

Toutes nos actualités et nos analyses météo

Vague de froid : Reculer pour mieux sauter?
Publié le 21-1-2019 à 11h11
par Fabien Delacour
- nombre de vue : 1504

Au delà de la semaine hivernale à venir dont vous trouvez les détails sur l'article que vous trouverez en lien l'article suivant , nous entrevoyons d'autres possibilités hivernales sur la dernière semaine de janvier et début février. Après bien entendu pour avoir des coups de froid ou bien même une vague de froid, cela ne tient à pas grand chose comme toujours. 

 

 

La vue hémisphérique à 240 heures de la moyenne de l'ensembliste européen, est révélatrice des enjeux de la dernière semaine de janvier et même de la première semaine de février. L'on voit bien un vortex polaire troposphérique attaqué aussi bien sur le cadran Pacifique et d'une manière très sérieuse si bien qu'on devrait avoir un vrai blocage anticyclonique.

 

La deuxième attaque quant à elle continue à partir de l'atlantique avec des hauts géopotentiels qui par rapport aux dernières semaines, ont subit un mouvement rétrograde. Pour l'instant sur la quasi globalité des modélisations, on en reste à des ondulations de l'anticyclone atlantique car l'activité dépressionnaire en sortie du continent américain reste trop forte, et rabote chaque tentative d'élévation des hauts géopotentiels vers le Groenland. Le vortex américain est vu toujours dégouliner littéralement sur le Canada et le nord est des Etats Unis ce qui laisse envisager par là bas des conditions hivernales parfois sévères (comme ces dernières heures au Québec). L'Europe de l'ouest en aval de la dorsale anticyclonique atlantique, resterait ainsi en proie à une succession de descentes polaires maritimes augurant d'un froid tout juste modéré par séquences et de précipitations pluvio-neigeuses (la neige a forcément plus de chances de tomber en plaine dans ce type de configuration sur un grand quart nord-est en allant vers le centre-est et possiblement les régions centrales). C'est le schéma on va dire préférentiel pour l'instant mais qui n'est pas du tout gravé dans le marbre.

 

Aux environs du 29-30-31 janvier, on peut tout de même surveiller une improbable "respiration dépressionnaire" vers Terres Neuves qui pourraient éventuellement laisser toute latitude à la dorsale anticyclonique atlantique de venir rejoindre le Groenland et faire la jonction de la dorsale anticyclonique pacifique. Dans ce cas là, on pourrait aboutir donc à un blocage anticyclonique groenlandais. Mais nous n'y croyons guère dans l'immédiat étant donné encore une fois la densité du vortex américain et de l'activité dépressionnaire en sortie du continent américain. 

 

Donc on devrait finir janvier sur une rythmique équivalente à celle qu'on va connaître cette semaine mais sans blocage anticyclonique.

 

Et par la suite?

 

Plusieurs indices que l'on observe quotidiennement, font dire qu'éventuellement l'implantation d'un blocage anticyclonique début février sur le cadran Groenland-Islande éventuellement Scandinavie, semble davantage possible sans qu'on puisse bien entendu en attester.

 

1) Le vortex polaire stratosphérique 

 

L'on voit une diffusion plus claire du précédent réchauffement stratosphérique dans la troposphère. Ainsi si l'on prend à 240 heures une vue de la basse stratosphère, on voit que les vents zonaux orientés à l'ouest, auraient largement décéléré.

On a aussi une propagation beaucoup plus nette de la NAM- dans la troposphère ce qui signifie que l'afflux de chaleur stratosphérique se diffuse dans la troposphère, pouvant créer donc des perturbations et un affaiblissement progressif de la troposphère. Un affaiblissement progressif de la troposphère, signifie qu'elle peut être le siège encore plus facilement de dorsales anticycloniques s'étendant aux hautes latitudes et pouvant former des blocages en tant que tels.

Donc au final, nous ne serions pas surpris de voir s'ériger sur la première quinzaine de février, un blocage anticyclonique aux hautes latitudes (vers le cadran Groenland - Islande - Scandinavie). Au niveau des diffusions des ondes, on se rend compte également assez souvent qu'un blocage anticyclonique Pacifique est suivi quelques temps après par un blocage anticyclonique Groenlandais et/ou Islandais et/ou Scandinave. On observera aussi le comportement de l'anticyclone de Sibérie qui peut éventuellement servir de point d'appui s'il y a blocage scandinave. Beaucoup d'extrapolations pas visibles sur les modèles à moyen terme mais à suivre tout de même.

 

2) L'oscillation de Madden Julian

 

Bien qu'elle ait été inopérante sur cette mi janvier, elle devrait redevenir faible à modérée en passant dans les phases 5 et 6 favorisant des régimes de dorsales anticycloniques atlantiques puis par la suite éventuellement NAO- (oscillation nord atlantique) et/ou blocages. Après son influence reste quand même à prendre avec du recul étant donné qu'actuellement le réchauffement stratosphérique se diffusant vers l'Equateur, tend à inhiber par corollaire la MJO.

Le principal écueil de cette situation hémisphérique avec un vortex "américain" puissant, c'est qu'il alimente donc l'activité dépressionnaire du côté du Labrador, et donc cela peut éventuellement favoriser un courant zonal sur l'Atlantique. Mais comme l'anticyclone atlantique est également puissant, on peut estimer qu'à ce jour à minima la rythmique ondulatoire persisterait. Au final, nous ne croyons guère au flux zonal de l'atlantique et à l'europe début février mais nous ne pouvons pas l'exclure complètement. 

Pour conclure, le titre est volontairement un peu tapageur mais pour l'instant les perspectives de vague de froid sont faibles tout du moins sur cette fin janvier. Après tout est ouvert pour la première quinzaine de février notamment si le vortex polaire troposphérique se fait secouer et qu'un blocage aux hautes latitudes venait à s'ériger sachant que nous ne comptons peu sur la possible ouverture vers les hautes latitudes des 29-30-31 janvier.

 

 

En attendant, voici un peu ce à quoi on peut s'attendre niveau temps sensible :

- Samedi 26 janvier : Arrivée d'un front chaud (redoux) sur le nord-ouest avec pluies et neiges mêlées, possiblement pluies verglaçantes et/ou neige seule toute à l'avant du front. Partout ailleurs, temps assez peu nuageux mais bien froid en matinée avec des gelées fortes.

- Dimanche 27 janvier : Passage d'une perturbation (secteur chaud suivi d'un front froid). Neige possible dans le nord-est, pluies et neiges mêlées sur un axe central du pays, averses à l'arrière du front froid. 

- Lundi, mardi, mercredi 28 - 29 - 30 janvier : Impulsions successives de flux de nord-ouest polaire maritime avec perturbations. Neige fréquente dans le nord-est, plutôt de la pluie ailleurs. A très largement préciser. Froid sans excès. 

 

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :
Scoop.it

Vos visites depuis le 8 Novembre 2017

Total : 75446
Aujourd'hui : 2
En ligne : 2